Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Centre culturel du Goëlo "Anjela Duval"
  • Centre culturel du Goëlo "Anjela Duval"
  • : Le centre culturel "Anjela Duval" a pour vocation de faire vivre la culture et les traditions de Paimpol et sa région.
  • Contact

9 août 2012 4 09 /08 /août /2012 00:00

 

 

cornemuse-bagpiperLe biniou, tout le monde connaît, bien sûr…..mais il semble néanmoins utile de faire le point sur cet instrument que certains croient d’origine bretonne, tant il fait partie intégrante de la tradition musicale de notre région.

 

Biniou n’est en fait que la traduction en breton du mot français « cornemuse »,  que nos amis britanniques appellent « bag-pipe ».

 

La cornemuse est un instrument de musique constitué d’un réservoir d’air (la poche), gonflé à la bouche (le plus souvent) ou avec un soufflet, où sont fixés un ou deux tuyaux mélodiques et zéro, un ou plusieurs tuyaux d’accompagnement (bourdons) selon les variantes locales.

cornemuse-dessin

Le tuyau mélodique, encore appelé chalumeau, se traduit par chanter en anglais et levriad en breton. Il y en a de toutes les tailles, selon le type et la tonalité de l'instrument.

  cornemuse-famille

 

«  une grande famille » : De gauche à droite, chalumeaux de Veuze en Sol, de Biniou bras en Sib, de Veuze en Do, de Biniou bihan en Fa, en Sol, en La, en Sib , en Do #.

 

 

La cornemuse n’est pas d’origine bretonne, ni écossaise… Elle serait née il y a plus de 4000 ans au Moyen-Orient. Véhiculée par les troupes romaines, elle s’est répandue partout en Europe, tout comme, plus tard, la grande cornemuse écossaise devait conquérir le monde, portée par les troupes britanniques.

 

La cornemuse en Bretagne est représentée dès le XIIIe siècle par de nombreuses sculptures sur les églises, les châteaux… Elle est constituée presque toujours sous la forme simple d’un instrument avec un long tuyau mélodique et un bourdon appuyé sur l’épaule.


cornemuse-veuze enSol

 

Cette forme ancienne qui prévalait dans toute la Bretagne, a vu son territoire se réduire au Pays Nantais où elle est appelée veuze ou parfois biniou. Elle est jouée en solo, et parfois avec le chalumeau seul, tenu comme une bombarde.

 

Une version en Sol, de création récente, a été développée pour jouer avec les accordéons diatoniques.

 

 

Au début du XIXe siècle,  on voit apparaître en Basse-Bretagne une variante avec un chalumeau plus court, sonnant à la seconde octave de la bombarde avec laquelle elle constitue un couple indissociable, parfois accompagné d’un tambour. C’est le biniou koz ou biniou bihan.

Le biniou koz est composé d’une poche en peau de vache ou de mouton, d’un sutell pour envoyer l’air dans la poche, d’un bourdon donnant en continu la note correspondant à la tonalité de l’instrument et du levriad, grâce auquel le sonneur peut jouer la mélodie.

                                                                                        
cornemuse-biniou 

Les pièces de bois (sutell, levriad, bourdon) étaient fabriquées autrefois en buis, elles sont actuellement le plus souvent en ébène.

 

      cornemuse-sonneurs

                 Couple de sonneurs

                                       

 

 

La grande cornemuse écossaise (great highland bag-pipe) a fait son apparition en Ecosse il y a près de 1000 ans. Elle n’avait à l’époque qu’un seul bourdon ténor, le deuxième étant ajouté par les Irlandais et les Écossais ; le troisième bourdon (basse) apparut entre le XVIIème et le XVIIIème siècle. Classiquement, les bourdons de la cornemuse jouent tous les 3 un Sib, 

cornemuse-bagpipe

 

En Bretagne, la grande cornemuse écossaise apparaît timidement au début du XXe siècle. Mais après un essai non concluant de « bretonnisation », c’est la BAS (Bodadeg ar Sonerion) - association de sonneurs bretons, fondée en 1944 -  qui lui fera prendre son essor après la guerre, avec la création des bagadoù ; elle deviendra alors une figure incontournable de la scène musicale bretonne où elle est parfois appelée biniou bras (grand biniou) ou pib-meur (à l’imitation du gaélique piob mohr).

 

cornemuse-défilé

Les Sonerien da Viken (Minihi Tréguier)

 

Cet article a été proposé par notre ami et sonneur Yves Guibé, passionné de cornemuse, qui est en outre connu pour ses travaux de recherche sur l’iconographie antique de la cornemuse. Si ce sujet vous intéresse, vous pouvez visiter un site très intéressant, en cliquant sur le lien : http://jeanluc.matte.free.fr/

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by ccgad-paimpol - dans MUSIQUE
commenter cet article

commentaires